Les nouvelles technologies envahissent notre univers quotidien et rééducatif. On nous annonce tous les mois une nouvelle application de jeu, d’éveil, de rééducation ou de communication sur tablette. Les professionnels sont souvent poussés par les familles à mettre en jeu ces outils avant même d’y penser eux-mêmes.

Certes les tablettes tactiles sont d’un grand intérêt, quand l’application est bonne, intelligente et pertinente dans l’axe de rééducation ou de réadaptation visé, mais elles viennent occulter l’intérêt tout aussi grand de mettre en jeu des outils qu’on peut appeler “low tech”, avec des objectifs analogues mais nécessitant de se remettre au bricolage...

Est présenté ici un dispositif (sur la base d’un moteur de tourne broche) au centre duquel une flèche tourne sous l’impulsion d’un contacteur.

Un épellateur diront les plus anciens ! Oui, mais un épellateur différent : horizontal plutôt que vertical, conçu non pas pour un contrôle de connaissances ou des exercices, mais pour être placé au sein d’un petit groupe de personnes “aux capacités émergentes”, en grande difficulté de communication, pour vivre des moments d’échanges concrets, étayés par le mouvement d’un objet-photo-jeu, orienté.

Exemple d’utilisation : Commande d’un chauffe mains HMC

Ce contacteur a été réalisé pour un jeune adulte atteint d'un handicap moteur important et dépourvu de communication orale. Ce jeune homme est toutefois capable de piloter son fauteuil roulant électrique Q6Edge par le système QLogic, réglé en mode défilement avec deux contacteurs placés à l'arrière de ses coudes. Pour l'accès à la validation du clic souris de l'ordinateur, ce jeune homme utilise un troisième contacteur, non permanent, placé sur l'appui-tête à la joue droite. Enfin, pour les déplacements de la souris, il utilise soit le mode souris de la QLogic soit le balayage sur le clavier de Windows.

Pour la commande du chauffe main (HMC), alimenté par le fauteuil roulant, la recherche de position d'un 4ème contacteur nous a fait reconsidérer le type d'action sur le contacteur car aucun autre emplacement ni mouvement ne permettaient l'installation d'un nouveau contacteur par appui.

L'existence de mouvements involontaires spastiques n'autorise aucun contacteur actionné avec les mains. Aussi le choix s'est orienté vers un capteur qui perçoive un mouvement par inclinaison. Cette fiche détaille les étapes de réalisation de ce contacteur au mouvement, à faible coût.

Exemple de contacteur jambier

Ce support de contacteur avec interrupteur à lame souple (I.L.S. ) est prévu pour être utilisé par une extension de la cheville avec une fixation supérieure au-dessus du genou et une inférieure au niveau du pied. Son principe peut s’appliquer, avec adaptations, à d’autres articulations ou à une articulation de corset sièges.

Pour de nombreuses personnes immobilisées, qu’elles soient handicapées,
âgées ou simplement malades, la possibilité d’appeler une tierce
personne est un élément important pour leur confort et leur sécurité. Ce
besoin peut être solutionné en utilisant un carillon de porte radiocommandé,
composé d’un émetteur et d’un boîtier récepteur portable.
Nous vous présentons le modèle proposé par la marque FRIEDLAND qui
autorise une portée de 50 mètres, en décrivant la technique permettant
de remplacer la commande d’origine par une commande adaptée aux
besoins de la personne.

Ce montage électronique, disponible en kit, permet d’enregistrer de
façon numérique 16 secondes de son, musique ou parole.
L’enregistrement et la restitution s’effectue en manoeuvrant de simples
boutons poussoirs.
Ce montage distribué par Electronique Diffusion a été adapté aux
besoins de l’enfant sans langage, pour le sensibiliser à cette technique
avant d’utiliser des appareils plus performants.

Contrôler la préhension et l’orientation d’une souris pour obtenir un
déplacement proportionnel à l’écran est une véritable performance
motrice. Avoir en plus à cliquer d’un ou de plusieurs doigts en
maintenant en place la souris est une véritable épreuve pour de
nombreuses personnes handicapées qui préfèrent agir sur une
commande séparée en utilisant la seconde main ou un autre segment
moteur.

Le télérupteur est une interface électronique qui se connecte entre le
contacteur et l’appareil à faire fonctionner. Un appui met en marche
l’appareil, le second l’éteint. Cette interface sera utile auprès de
personnes handicapées qui utilisent des contacteurs poussoirs (monostables)
afin de remplacer l’interrupteur marche-arrêt à bascule quand
celui-ci n’est pas accessible.

Cette interface a été conçue pour permettre à un enfant ayant acquis la
relation cause à effet à partir d’un contacteur branché sur un jouet
adapté, de passer à l’utilisation de deux contacteurs auxquels sont
attribuées les fonctions marche et arrêt.
Ce montage nécessite la réalisation d’un petit circuit électronique
alimenté par une pile 9 volts.

Ce contacteur, conçu pour une utilisation à la main, se présente sous la forme d’un coffret de faible épaisseur dont la partie supérieure comporte une touche sensible légèrement renfoncée.
Esthétique, fiable et sensible en tous points de la zone d’appui, ce contacteur est réalisé à partir d’un composant normalement destiné aux touches des calculatrices, télécommandes, etc...

Certaines interfaces permettant le branchement de contacteurs sur ordinateur
sont équipées d’un connecteur 9 broches mâle (norme Atari)
destiné aux contacteurs multiples ou mini-claviers correspondant aux
fonctions déplacement et clic souris.